dimanche 20 août 2017

Jamais de vacances sans musée !

Le côté sauvage et déconnexion étant traité par la cabane sur pilotis, notre côté gastronome par le séjour aux Clapotis de la Cure (pour une cure c'était une cure mais pas minceur !), nous avons terminé notre tournée Morvandelle par Château-Chinon, son Mitterrand et ses musées.







Tout de même nous n'allions pas zapper cela, car à chaque fois que nous sommes allé à Château-Chinon nous nous sommes pointés le mardi et tout le monde le sait, le mardi point de musée !
Bien organisés et décidés à vaincre nos lacunes nous voilà partis pour le musée du costume suivi de la visite du musée du Septennat. Du coup je me demande si les musées du Quinquennat existent ?


Nous avons été ravis par les deux musées, les scénographies, les salles, les collections sont remarquables. Seul petit bémol, la participation de tata Claudine pour un canevas et celle de mamie Geneviève pour le portrait en tapitouf du président. J'ai trouvé cela un peu limite dans le genre kitsch. Bon je n'ai pas trop aimé toutes les défenses d'éléphants qu'elles soient ouvragées ou pas, pour une question d'éthique, j'ai trouvé cela un peu limite aussi. J'ai donc évité d'en prendre en photographie.





Un symbole que l'on retrouve dans plusieurs toiles à l'effigie du président Mitterrand







Des intrus ce sont glissés dans cette image




Sinon tous ces beaux cadeaux sont vraiment bluffants. On comprend quand même qu'il n'ait pas voulu les garder chez lui. Tellement précieux, tellement fragiles, tellement extraordinaires. Parfois je me disais que la personne qui offrait le présent voulait vraiment se démarquer du reste du monde et rester inoubliable. Du coup je reviens toujours à cette pensée, qui se fait le plus plaisir celui qui donne ou celui qui reçoit ? Quoi qu'il en soit si offrir est un art, bien plus grand et l'art de recevoir, avec ce musée on en convient facilement.



J'ai préféré le musée du costume, petites chaussures d'enfants, babioles de dames, grandes robes, même les boutons ont leur vitrine. Une salle imite un théâtre, sur scène des robes époustouflantes.Le bon goût règne et on sent une véritable passion pour l'univers du costume, une âme habite les lieux. J'ai rêvé pouvoir me glisser dans ses robes des années 20, sentir la soie glisser sur mes jambes, passer ce chapeau et planter l'épingle précieuse dans mes cheveux. Ça c'est vraiment la classe !




















Ma préférée, couleur, texture et forme, parfaite !




1 commentaire: